product_9782070338917_195x320

Ce mois-ci, j’ai décidé de choisir un écrivain peu connu mais dont l’œuvre traduite a eu un écho considérable dans mon écriture : Pentti Holappa. Poète Finlandais né en 1927, il a reçu le prix Finlandia en 1998, l’équivalent pour la Finlande du prix Goncourt, pour son roman Ystävän muotokuva (Portrait d’un ami). Il est actuellement le seul poète Finlandais à être traduit et édité chez Gallimard, son magnifique recueil « Les mots longs » regroupe des extraits des recueils qui vont de 1950 à 2003. On retrouve également son œuvre dans le recueil de poésie collaboratif : « Il pleut des étoiles dans notre lit » (Cinq poètes du Grand Nord).

La matière ne se perd jamais. Nous naissons, nous disparaissons en apparence. Le chagrin est une position d’équilibre.

Voici un extrait d’une critique que j’avais rédigée à la fin de ma lecture :

« C’est une poésie qui surprend et qui émue, qui touche et trouve un écho au plus profond du moi. Je suis subjugué et sous le charme face à une poésie qui pour moi est synonyme de perfection. Aucun autre poète n’a, pour moi, cette même sensibilité. Qu’il parle de sexe, d’histoire, de lieux et parfois même de politique, de religion et bien sûr d’amour, ce poète Finlandais reste brillant. La sensibilité scandinave n’y serait-elle pas pour quelque chose ? »

 

 

 

Publicités