20170820_172707.jpg

Jeunesse lascive, passive,
Ces longs instants absents, manquants, béants
Cette sensation d’avoir regardé le verre se vider
mais jamais d’avoir pu le contempler dans son humble plénitude
ou dans son insolente vacuité

des appels émis sans destinataire
des rendez-vous donnés sans lieux
un feu de cheminée qui crépite d’un ailleurs
mais toujours personne pour témoigner de sa chaleur

un hiver long et rude d’un ici que l’on connaît trop bien
et dont tout le monde ne cesse de rappeler le trop loin

à la recherche des heures suspendues
celles où les silhouettes se détachent de l’embrasure
celles où le décor prend vie en une morsure
celles où les pulsions adolescentes s’animent

où sont-elles passées, ont-elles jamais existé

il y a, dans un souvenir lointain mais subsistant,
cette odeur de cigarette qui flotte et embaume la pièce
les peaux nues et chaudes qui scintillent dans le noir
éclairées un court instant par la lueur d’un orgasme

on peut jouir de tout, des souvenirs et de l’oubli
mais pas du temps qui lui jamais ne s’ennuie
et dont on ne manque jamais de regarder
le sombre verre se vider.

 

Publicités