Chaque début de mois, retrouvez une personnalité (écrivain, musicien, acteur, dessinateur…) pour qui j’éprouve une grande admiration !

Mois d’Août 2017 – Cigarettes After Sex

 

La musique est décidément une source intarissable d’inspiration. Alors que mon troisième recueil, « Se taire dans le silence d’un bruit » sortira le mois prochain, je me sens d’humeur à partager les quelques inspirations qui ont nourri ma participation à ce projet. Une fois n’est pas coutume, la musique plus que la littérature a donné un sens, un élan, une impulsion à ma plume.

Fondé il y a bientôt 10 ans au Texas, par l’âme vagabonde de Greg Gonzales, Cigarettes After Sex a longtemps été un projet anonyme jusqu’à exploser il y a deux ans sur les plateformes de Streaming. Après deux EPs remarqués, c’est la sortie de l’album éponyme qui a notamment accompagné mon écriture.

sans-titre.png

Cette musique de rupture, de flottement entre deux temps indistincts, symbolise en musique ce que j’ai essayé de traduire avec les mots. Je me permettrai d’ajouter ces quelques lignes qui ponctuent la chronique que j’ai faite de l’album :

Allongez-vous sur un lit, mettez de côté vos filtres Instagram, paramétrez votre vie en noir et blanc, allumez-vous une cigarette si vous êtes fumeur et laissez votre esprit s’imprégner de cette musique, qui elle, paraît incroyablement saine en ces temps difficiles.

Said you wear a new perfume for each city that you visit
So you can always remember how it felt to be there
And your lips are red and all the pictures that you send
Wearing white or black, all leading up to when we met


 

Mois de Janvier 2017 – Emma Ruth Rundle

Emma Ruth Rundle est une chanteuse basée à Los Angeles. Si elle officie dans les groupes de post rock Red Sparowes et Marriages, c’est sa carrière solo qui a été pour moi une véritable source d’inspiration.

tumblr_n8997qubmp1tfhqf2o1_1280

Sa voix puissante, ses accords de guitares parfois lourds, parfois éthérés, et l’esthétique à la fois sombre et voluptueux de son univers en font une artiste unique. Véritable écorchée vive sur scène, Emma Ruth Rundle ne semble pas appartenir à ce temps, ni être la même personne sur les planches : elle vit, incarne, pleure et souffre sa musique comme aucun autre artiste ne saurait le faire. Chacune de ses prestations est différente des autres.

emma-ruth-rundle-marked-for-death-640x640

Son authenticité remarquable, son histoire touchante et la beauté de ses textes sont une inspiration importante pour moi. Se dégage d’elle une fragilité émouvante et hors du commun, qui en devient presque poétique. Son dernier album, « Marked for Death », est sorti l’an dernier.

It was right that we did meet each other in each other’s eyes
It was right that we did see each other in our shadow sides
It was wrong then too that crazy love, loves crazy as it does
And each of us and both of us so crazy ; as it was



Mois de Mars 2016 – Hammock

Ayant séché le mois dernier car trop occupé avec la sortie du recueil pour me pencher sur une personnalité du mois, j’ai décidé de me rattraper doublement en vous présentant deux hommes qui sont à l’origine du « soundtrack » de mon recueil de poèmes.

a2663028532_10

Derrière cette entité basée à Nasvhille, dans l’État du Tennessee, se cachent deux hommes : Marc Byrd et Andrew Thompson, qui ont commencé à faire de la musique ambiante / post rock en 2004. En plus de dix ans d’existence, Hammock a sorti huit albums studios et de nombreux EPs, diffusant dans le monde entier une musique sensible et envoutante. En plus de leur dédier les premières pages de mon recueil car je n’ai cessé d’écouter leur musique lors de l’écriture de mes poèmes, le poème L’apologie du hamac est né d’une volonté d’essayer de dépeindre mon ressenti profond après m’être plongé dans une écoute prolongée du groupe.

How could I forget your smile? (Secrets hidden in your eyes)
It’s hard to imagine you now (Lost in your feelings)
I go back every once in a while (Drifting under endless sky)

Les concepts du groupe sont également riches puisqu’Hammock possède quelques chansons à texte (qui sont tout simplement de la poésie), parlant notamment de la perte d’un être cher mais aussi de sujets profonds comme la solitude, la richesse des sentiments humains et le rêve. C’est une musique éminemment introspective et qui permet d’atteindre un état d’esprit singulier. De nombreuses personnes ont remercié et continuent de remercier le groupe de produire une musique aussi intense, certains ont même avoué qu’Hammock avait sauvé leurs vies.

https://youtu.be/whK8LiqNH0c

Leur prochain album, Everything and Nothing, sort le 1er avril.


 


Mois de Janvier 2016 – Pentti Holappa

product_9782070338917_195x320

Ce mois-ci, j’ai décidé de choisir un écrivain peu connu mais dont l’œuvre traduite a eu un écho considérable dans mon écriture : Pentti Holappa. Poète Finlandais né en 1927, il a reçu le prix Finlandia en 1998, l’équivalent pour la Finlande du prix Goncourt, pour son roman Ystävän muotokuva (Portrait d’un ami). Il est actuellement le seul poète Finlandais à être traduit et édité chez Gallimard, son magnifique recueil « Les mots longs » regroupe des extraits des recueils qui vont de 1950 à 2003. On retrouve également son œuvre dans le recueil de poésie collaboratif : « Il pleut des étoiles dans notre lit » (Cinq poètes du Grand Nord).

La matière ne se perd jamais. Nous naissons, nous disparaissons en apparence. Le chagrin est une position d’équilibre.

Voici un extrait d’une critique que j’avais rédigée à la fin de ma lecture :

« C’est une poésie qui surprend et qui émue, qui touche et trouve un écho au plus profond du moi. Je suis subjugué et sous le charme face à une poésie qui pour moi est synonyme de perfection. Aucun autre poète n’a, pour moi, cette même sensibilité. Qu’il parle de sexe, d’histoire, de lieux et parfois même de politique, de religion et bien sûr d’amour, ce poète Finlandais reste brillant. La sensibilité scandinave n’y serait-elle pas pour quelque chose ? »

 


 


Mois de Décembre 2015 – Vincent Cavanagh

Anathema-03

Né à Liverpool en 1973,  Vincent Cavanagh est connu pour être le chanteur et le guitariste du groupe Anathema. Ses textes au sein du groupe anglais sont une véritable source d’inspiration, aussi bien sur le plan poétique que philosophique. Il a notamment écrit sur sa conception de la vie après la mort. La richesse de ses idées et l’univers général d’Anathema ont certainement influencé mes poèmes.

Life is not the opposite of death. Death is the opposite of birth. Life is Eternal.


 

Mois de Novembre 2015 – Hiromasa Yonebayashi

Omiode_no_Marnie_poster

Bien moins connu que ses compères Hayao Miyazaki et Isao Takahata, tous deux maîtres de l’animation japonaise, Hiromasa Yonebayashi s’est lui aussi fait remarquer avec une première production « Arrietty, le petit monde des chapardeurs », sortie en 2010. Mais c’est en 2014 avec « Souvenirs de Marnie » que le réalisateur montre tout le potentiel créatif et poétique dont il est capable.

J’ai choisi Hiromasa Yonebayashi comme personnalité du mois car l’histoire intéressante de son dernier film m’a inspirée un poème intitulé « Une moitié de soleil », issu de mon recueil de poème à paraître en début d’année prochaine. J’ai beaucoup aimé son approche de la psychologie de l’adolescence, l’intérêt qu’il porte aux souvenirs et surtout à la famille. C’est une poésie simple et sobre, parfois trop niaise mais toujours sincère qu’il nous livre à travers un duo de personnages renversant.

Publicités